1 Téléchargement offert

LE “MAKING OF” DE COOLTITUDE

Comment j’ai enregistré mon album ? C’est une question que l’on me pose souvent, alors je vais essayer d’y répondre à travers des anecdotes et quelques astuces techniques.
J’ai enregistré COOLTIDUDE en plusieurs étapes, sur une assez longue période d’environ trois ans. Je travaillais sur d’autres projets en parallèle. Ca m’énervait parfois de ne pas pouvoir avancer plus vite, en contre partie j’avais du recul sur mes musiques et je travaillais sans pression et croyez-moi, c’est peut-être le plus important.

1- EN HOME STUDIO

Tout d’abord, j’ai commencé avec un Atari 1040ST pour la programmation. Je travaillait avec un Cubase 1.5 et les morceaux tournaient super bien en Midi avec samples, synthés, et guitares.

Pour le son; j’ai démarré “petit”: console Fostex, un micro Shure 565, enceintes JBL. c’était pas du super matos mais je le connaissais bien.

AVEC LE SAMPLER EMU ESI 32.
Avec mon superbe sampler je me suis samplé à la guitare car je n’avais pas encore de direct-to-disk, ni de magnéto. Avec 32 Mo de Ram je pouvais bosser proprement. Une petite astuce de sampling que je pratique encore, c’est de sampler parallèlement en 44.1 et en 22, ça crée une ambiance de ouf avec la même partie de guitare slide ou autre source sonore. Ecoutez “Urban Ride” et “Cooltitude”, ça le fait grave.
La musicalité du convertisseur EMU donne un grain et un relief particulier, saisissant !. J’insiste ! A mon avis c’est le meilleur sampler du monde !!!, vraiment très chaud !.
Les samplers AKAI sont bien et pratiques, mais trop froids pour moi.

SYNTHÉ QUASAR
Ce synthé n’a pas une réputation d’enfer, peu de musiciens l’utilisent. Pourtant sa banque est assez complète, polyvalente; sons rap, ambient, techno + les grands classics des claviers. J’ai traité les synthés à mort, j’ai samplé des parties entiere en passant le son dans des pédales , certain sons avec une pédale stéréo T C électronic pour le flanger. Oui! j’adore le flanger et cette TC me donne une légère coloration même quand elle est en bypass ! ?. Je pense encore que c’est un défaut de fabrication car celles que j’ai eu l’occasion d’entendre ne le font pas.

 

2- AU STUDIO ASTON

Ayant l’opportunité d’aller en studio, j’ai mis en stand by les arrangements. Les morceaux n’étaient pas fini mais les structures et les thèmes principaux étaient bien là. Sur un vieux 24 pistes 2" Studer des années 70, nous avons transferé les synthés et le sampler avec l’Atari en synchro puis mixé sur un DAT of course. Ingé-son moi-même, je ne suis pas tombé dans le piège de mixer et de tout faire. Cyril Dillard et Sacha Ciarallo ont super bien mixer l’album, ils avaient une vision différente de ma musique tout en respectent bien mon concept. J’écoutais beaucoup mieux sans toucher à la table de mixage, je faisais le café et je commandais les pizzas mais très sérieusement le rôle de producteur me plaisait beaucoup.
Nous avions une console Sage Odysée II 30 voix, avec des EQ assez douces. Revèrbes Lexicon et Sony + Yamaha et quelques compresseurs Aphex et DBX (je remercie au passage le boss du studio, Serge Crouzet)

3- HOME STUDIO AGAIN. Entre temps j’avais acheté une petite station Pro Tools 4 pistes pas puissante mais j’ai pu retravailler sur les titres et ajouter des instruments sur les mix venant d’Aston.
Après le mixage sur mon protools, j’ai ajouté des parties, des ambiances de synthés, des bidouillages. Des amis sont passé jouer quelques pistes, Agie a joué des percus sur quelques titres, Fred de Fred du synthé lead sur deux titres et Flux de la basse.
J’ai obtenu des effets incroyable en doublant les loops pour obtenir du flange naturel. J’ai essayé de retrouver des FX psychédéliques à la Beatles en décalant les sons je me suis bien pris la tête mais j’ai eu un résultat qui me convenait... J’ expérimentais sans arrêt, découvrant en même temps les possibilités du numérique tout en employant des vieilles pédales; une passion !.
Il y a des bouts de mix dans COOLTITUDE qui passe à travers ma pédale TC et réenregistré dans Pro Tools avec un décalage de quelques samples pour donner un effet planant.
Dans “ High Altitude ” la petite boite à rythme que l’on entend au milieu du morceau n’ai autre que la boite d’un petit clavier Yamaha pour enfant enregistré avec un micro en plastic à 3 balles datant des années 60, le tout “reversé” par un preset de REV7 Yamaha. j’adore bidouillé, chercher des trucs comme ça.
Bon, tout est une question de temps, je n’avais pas envi que mon disque sonne comme les autres. Par exemple, dans le titre “Cooltitude” la basse est énorme !, c’est sûr, j’en est mis quatre; une pour l’attaque, une pour le decay une pour le sustain etc... ça sonne grave.
J’ai terminé l’album at home, en faisant des bounces et en "prossecant" comme un taré car je n’avais que quatre putain de pistes j’ai mélangé les pistes faites en home studio avec les mix du studio Aston. Le TC 96K est une bonne machine pour le mastering mais il faut une excellente écoute pour prendre des décisions car c’est un appareil très précis.
J’ai souvent écouté mes mix chez des potes, des homes studios différents du mien pour être sûr que ça passe bien partout, que l’on ressente bien la musique sur du matos et des pièces très différentes... voilà!.

Voici la liste du materiel de mon Home Studio au moment de création: écoutes JBL & Alpheratz (français), sampler ESI 32, synthé Quasar Quasimidi, Ultrafex 2 Behringer, DAT Sony, Cream Machine à lampe, Pédales d’effet: Flanger TC Electronics , 2 Digital Delay Ibanez + octaver.6 cordes & 12 cordes Epiphone, clavier maître Yamaha Clavinova, Slide guitare Troubadour & Flying V (made by rich maub)
2 ordinateurs Macintosh, 8100 & power PC 603e, Station Pro-tools 4.03 avec Plugs-in Audiosuite, Wave, Focusrite, Renaissance. Carte Digidesign, Finalizer TC 96K pour le mastering.